La gardienne de la sagesse

(Wisdom Keeper)

 

Version écrite

 

Version audio

 

Ô Gardienne de la connaissance ancienne

Murmure-moi ta sagesse,

Pour que je puisse toujours me souvenir

Du mystère sacré de la vie.

 

Des histoires des Grands-Mères,

Des actes de bravoure, grands et petits,

Des progrès accomplis par le Fidèle

Qui répond à l’appel de notre Mère.

 

Des cycles et des saisons

Qui scandent chacun de nos changements,

 La renaissance de nos visions,

L’esprit que nous avons recouvré.

 

Ici, la vérité remporte la victoire

Mettant fin à la guerre intérieure,

Apportant à chaque cœur humain

La célébration finale.

La Mère du Deuxième Cycle Lunaire

            La Gardienne de la Sagesse est la Mère de Clan du deuxième cycle lunaire. Elle est  l’Archiviste de tous les souvenirs de la Terre : Gardienne de la Mémoire des Pierres et Protectrice des Traditions sacrées, elle Veille sur le Souvenir de la Complétude et sur la mémoire planétaire. Elle nous enseigne comment développer le Soi en honorant la vérité en toute chose. Février est son mois, et le gris la couleur qui nous connecte à son cycle lunaire et à sa Médecine.

 

            La Gardienne de la Sagesse nous rappelle que l’histoire est conservée en totalité dans les bibliothèques que constituent le Peuple des Pierres et que, pour avoir accès à cette histoire, nous devons écouter les voix de la Tribu des Pierres qui ont enregistré tous les Souvenirs de Mère Terre. Pour honorer la vérité de tout ce qui a eu lieu, nous devons nous ouvrir à bien plus grand que les traditions culturelles ou les histoires humaines. L’histoire de tout ce qui s’est passé sur notre planète est inscrite dans la pierre de façon à ce que le corps de Mère Terre puisse offrir concrètement ses souvenirs à ceux qui désirent apprendre le Langage du Peuple des Pierres qui conserve sa mémoire.

 

            La Gardienne de la Sagesse fait aussi honneur à la vérité telle que chacun la perçoit, à partir de son Point de Vue Sacré, parce que chaque individu fait de façon différente l’expérience des événements de la vie. Dans sa sagesse, cette Mère de Clan comprend que la vérité est au cœur du voyage de chaque forme de vie. Dans notre arrogance d’êtres humains, nous sommes les seuls membres de la Tribu Terrestre à soutenir qu’une religion, une philosophie ou une Tradition en particulier soit seule détentrice de la vérité, ou l’unique chemin vers la sagesse et la compréhension. Pour cette raison, elle est aussi la Mère de l’Amitié, et elle nous montre comment être amical et avoir des amis.

 

            La Gardienne de la Sagesse nous enseigne qu’avoir connaissance du point de vue de la Famille Planétaire dans toute son étendue est la clé du développement de Soi. Elle nous montre comment honorer la vérité en chaque race, croyance, culture, forme de vie, Tribu et Tradition - en voyant leurs similitudes. La couleur grise n’est pas menaçante, elle est neutre et représente l’amitié. À travers la couleur grise, la Gardienne de la Sagesse nous montre comment agir envers les autres, en honorant toujours leur Espace Sacré et leur Point de Vue Sacré, sans ressentir que nous ayons à défendre notre point de vue personnel. En faisant honneur à nos propres vérités, nous développons notre sens du Soi et nous permettons aux autres de faire de même. Chaque nouvelle compréhension des vérités que les autres portent en eux augmente notre sagesse personnelle ainsi que notre connaissance, permettant ainsi à des relations qui soient justes de se déployer avec Toutes Nos Relations - justes parce qu’expérimentées à l’intérieur du Soi.

 

            Nous pouvons avoir recours à la Médecine de la Gardienne de la Sagesse pour restaurer l’amitié, pour nous aider à honorer la vérité en toutes choses, pour nous brancher sur l’histoire de la Terre, pour nous encourager dans le développement de Soi, ou pour augmenter le potentiel de notre mémoire. Certaines personnes nées pendant le mois du deuxième cycle lunaire peuvent souffrir de pertes de mémoire si elles n’utilisent pas les dons ou facultés qui leur ont été donnés en sollicitant leur connexion naturelle à la Gardienne de la Sagesse. Sa Médecine peut aider les Enfants de la Terre à guérir de leurs pertes de mémoire.

 

            En nous aidant à nous rappeler et à restaurer les dons de notre mémoire personnelle, la Gardienne de la Sagesse nous montre comment aller dans nos souvenirs et utiliser pour grandir tous les sentiments, sagesses, sensations tactiles, paroles ou idées qui y sont enfouis. Cette Mère de Clan nous enseigne que tout ce dont nous avons pu faire l’expérience peut être exhumé de la banque de notre mémoire, à n’importe quel moment du futur, pour nous soutenir ou nous aider dans nos leçons de vie. La Gardienne de la Sagesse veille au détail : elle nous montre comment les détails dont on se souvient peuvent nous servir de guide pour affiner nos qualités de conscience dans la Médecine qui consiste à être entièrement présent à chaque instant. Lorsque nous faisons attention aux détails d’ici et maintenant, nous ne sommes pas à nous lamenter sur le passé ni à nous inquiéter pour l’avenir. À partir de cette aptitude à être pleinement présent, nous devenons capables d’apprendre l’Art de l’Expansion grâce au développement de Soi.

NdT : « Guardian of the Remembering »: re-member en anglais comporte un double sens qui peut aussi bien signifier se souvenir que rassembler des morceaux éparts ou les membres d’une même famille. Se souvenir c’est donc en même temps retrouver la complétude d’où la traduction choisie.

Sur la piste de la Sagesse

 

            La Gardienne de la Sagesse parcourait les hauts plateaux inondés de lumière, observant la danse de la lumière de Grand-Père Soleil sur les gros blocs de pierre couverts de neige, en bordure du désert enchanteur qui s’étendait devant elle. Mère Terre avait revêtu un patchwork de rouges, d’orangés et de jaunes, composé d’immenses formations rocheuses. Les ombres profondes que dessinaient les canyons et les rivières sillonnaient de tracés bleu pâle et couleur lilas la blancheur des étendues des Êtres de Glace, auxquelles se mêlaient les teintes du vert des Genévriers, des Cèdres et des Pins.

           

            Sur les hauteurs désertiques, le Peuple des Arbres était heureux d’être la connexion qui se dressait entre le grand manteau multicolore de Mère Terre et la canopée bleue du Ciel Père. La Gardienne de la Sagesse aussi éprouvait un sentiment de sérénité dans sa course matinale en suivant la piste qui menait à un ensemble de grottes secrètes. Ces ouvertures dans le corps de Mère Terre étaient nichées dans les renfoncements d’un des endroits sacrés du désert appelé le Canyon du Temps.

 

            Quand elle arriva à l’embranchement d’où partait le chemin conduisant aux grottes, elle s’avisa de la Présence d’une Pierre Plate dans l’ombre violette et glacée d’un arbre géant qui surplombait le chemin, un Pin ponderosa. La Gardienne de la Sagesse s’approcha pour examiner la surface de la pierre, semblable à une table, qui avait attiré son attention. Elle encercla de ses bras l’énorme tronc de l’arbre qu’elle tapota pour le saluer, en évitant à ses pieds un petit monticule de neige qui avait gelé. Sur l’Être Pierre se trouvait un flocon de neige glacé, d’une forme parfaite. La structure complexe du flocon de neige semblait flotter sur la surface gris bleuté de la pierre.

 

            La Gardienne de la Sagesse s’approcha davantage encore, en prenant garde à ce que la chaleur de son souffle ne fasse pas fondre la texture givrée du flocon dans la gelée du petit matin. « Ô Flocon de Neige, souffla-t-elle pour elle-même, tu es un véritable et précieux cadeau que nous fait l’hiver ! »

 

            Quelle ne fut pas sa surprise d’entendre le Flocon de Neige répondre à ses pensées, ce qui fit s’emballer son cœur ! « Tu peux m’appeler Texture de Givre, Mère. Lorsque Grand-Mère Araignée tissa la toile de la Création, elle créa les flocons de neige pour représenter la trame des rêves qui allaient voyager depuis le Temps du Rêve jusqu’à la Terre, pour devenir vivants et s’incarner dans des expériences concrètes. »

 

            La Gardienne de la Sagesse n’avait jamais encore rencontré de flocon de neige qui parle. Cédant à la curiosité en Gardienne des Registres de la Terre, elle se sentit poussée à poser d’autres questions à Texture de Givre pour mieux comprendre le rôle que le Grand Mystère avait donné aux Êtres de Glace pendant l’hiver. « Quelle merveilleuse mission tu as, Texture de Givre ! Peux-tu m’en dire davantage sur la façon dont ta Médecine aide notre Famille Planétaire afin que je puisse être dépositaire de ce savoir pour les Deux-Jambes ? »

 

            « Bien volontiers, Gardienne de la Sagesse. J’ai été préservé par le gel pour que mon passage dans ta vie ne passe pas inaperçu. Tu dois te souvenir du but qui m’a été donné dans la nature car chacun des Enfants de la Terre doit savoir de quelle manière ses rêves et ses visions aident l’ensemble de la Famille Planétaire dans son développement spirituel.

 

            « Mère, chacun des Enfants de la Terre éprouve des sentiments et fait des rêves en fonction de sa place dans la structure et l’équilibre de la nature. Une fois combinés entre eux, tous ces sentiments et ces rêves constituent les besoins des Enfants de la Terre. Les flocons de neige sont les messagers de ces besoins parce que leur corps détient la configuration des rêves de chacun. Quand la chaleur de Grand-Père Soleil nous fait fondre pour devenir de l’eau, les impressions des rêves recueillis pénètrent dans le sol de Mère Terre en lui apportant la compréhension des désirs les plus profonds de ses enfants. »

 

            La Gardienne de la Sagesse fut touchée par le savoir de Texture de Givre et par la simplicité du plan du Grand Mystère pour que Mère Terre soit informée des besoins de ses enfants. Ce qui amena une autre question : « Puisque les cours d’eau et les rivières sont les canaux qui transmettent les sentiments sous forme d’eau, serais-tu en train de dire que ce que ressent la Terre est fait des désirs et des émotions de tous ses enfants ? »

 

            « Exactement ! Tu comprends maintenant pourquoi la structure de la Tribu des Flocons de Neige a tant d’importance. Chacun des enfants de la Terre éprouve chaque jour de nouveaux sentiments parce que son expérience change constamment. Ce que chacun désire dans sa vie se transpose en une Roue Médecine sous la forme d’un Flocon de Neige individuel qui va, en fondant, toucher le cœur de Mère Terre. » Texture de Givre continua : « Pendant les Lunes Vertes et Jaunes, les sentiments vont arriver sur terre sous forme de pluie puisque ces saisons portent à maturité la croissance des rêves. Nous, nous sommes les messagers des Lunes Blanches car les rêves doivent être gardés sous leur forme cristallisée jusqu’à ce que la saison du repos et de la réflexion soit passée. Puis, au moment des Lunes qui Réchauffent, les motifs des rêves et des visions qui sont cristallisés dans la glace vont dégeler et fondre pour se libérer dans la Terre.

 

            Chaque Flocon de Neige contient la structure d’apprentissage de la vie telle que l’a tissée un Enfant de la Terre. Chaque membre de notre Clan porte le reflet d’un point de vue individuel existant sur la Trame de la Vie, tel qu’il est rêvé par quelqu’un vivant sur notre planète. Chaque forme de vie dans la création est une partie du tout mais, sur le plan individuel, chacun voit la vie à partir de son Point de Vue Sacré. Les rêves qui enseignent à chaque individu comment vivre sa vie, à travers les choix qu’il fait, proviennent de son Espace Sacré et du Point de Vue qui lui est personnel. »

 

            La Gardienne de la Sagesse sourit : elle venait de comprendre quelque chose concernant son propre choix de se lancer, dans ce matin glacé, sur la piste des grottes secrètes. Elle sentit que sa rencontre avec Texture de Givre n’était pas due au hasard. Elle décida de poser une question qui pourrait renforcer sa connaissance intérieure :

 

            « Texture de Givre, c’est toi qui détiens la configuration de mes rêves et des désirs chers à mon cœur, n’est-ce pas ? »

 

            Texture de Givre répondit à la Gardienne de la Sagesse en félicitant la Mère de Clan pour sa perspicacité. Puis il la laissa continuer à partager avec lui ses pensées :

 

            « Pour accomplir ma mission de Gardienne de l’Histoire de la Terre, je dois poursuivre ce chemin et aller visiter, plus loin là-haut, les grottes secrètes du Canyon du Temps. À l’intérieur de ces grottes, Mère Terre finalisera ma formation. Je serai testée et je franchirai l’ultime Rite de Passage de mon apprentissage. Il faut que je sois prête afin de mettre à l’épreuve les talents que j’ai développés en travaillant ardemment. Si Mère Terre ressent que j’ai achevé avec succès mon apprentissage et que j’ai les compétences voulues pour devenir une Femme Sage, je prendrai mon rôle de Gardienne des Traditions Sacrées en faisant honneur aux vérités qui sont en moi. Après ce Rite de Passage, je détiendrai la Médecine du Souvenir de notre Famille Planétaire. Cette Médecine de la Mémoire Planétaire, ce sont les vérités auxquelles nous faisons honneur et qui se trouvent dans les Points de Vue Sacrés de tous les êtres et de toutes les choses qui vivent sur Mère Terre, à travers tous les mondes et à travers le temps. »

 

            La Gardienne de la Sagesse comprit que l’agencement de Texture de Givre reflétait ses rêves comme ses aspirations, et recueillait aussi les Systèmes de Connaissance qu’elle avait accumulés pendant les précédentes périodes de sa Marche sur Terre. Maintenant, le temps approchait pour elle d’ouvrir sa vision et sa compréhension aux autres, en partageant sa sagesse avec les Enfants de la Terre. Texture de Givre s’était trouvé sur son chemin pour lui rappeler les cercles à l’intérieur des cercles, c’est-à-dire la façon dont les formes de vie dépendaient de la sagesse qu’elle portait en elle et des compétences qu’elle avait développées.

 

            Dans sa configuration de glace, Texture de Givre contenait les plus intimes désirs de la Gardienne de la Sagesse et c’est pourquoi il n’y avait rien de surprenant à ce que le flocon de neige capte ses pensées. Texture de Givre, qui devinait à quelles déductions en arrivait la Gardienne de la Sagesse, s’adressa à elle dans une communication muette.

 

            « Mère, les pas dans lesquels tu t’engages sont très importants : ils vont te mener à la finalisation de ton apprentissage dans ton Rite de Passage. Ma structure de glace, qui détient les rêves que tu as faits, va fondre pour retourner à Mère Terre. Tu vas sans doute avoir envie de libérer ces mêmes structures à l’intérieur de toi avant de pénétrer dans les grottes en amont du Canyon du Temps. En revoyant les avancées et les enseignements qui t’ont menée jusqu’à cet endroit, tu t’en détacheras pour faire face au futur. Le fait de se souvenir comporte une Médecine spécifique qui te permet d’avoir accès à tous les lieux, à toutes les révélations et à toutes les situations qui ont contribué à faire de toi la femme que tu es devenue. En te souvenant de tout ce qui a précédé, tu peux trouver la place qui est la tienne dans l’ici et maintenant, en habitant la réalité de tout ce que tu es. »

 

            D’accord avec Texture de Givre, la Gardienne de la Sagesse décida de prendre le temps nécessaire pour se préparer, avant de pénétrer dans les grottes. Se Souvenir était bien plus vaste que connaître l’histoire de Mère Terre. C’était la partie essentielle de sa propre Médecine qui allait lui permettre d’entrer dans son prochain apprentissage sans être attachée aux réalisations passées ni aux anciens schémas. La Gardienne de la Sagesse pouvait voir combien il était précieux pour elle de s’autoriser à savourer chaque pas de son avancée sur son chemin en éprouvant à nouveau, par le souvenir, le sentiment de bien-être que chaque pas lui avait octroyé. Elle était ainsi devenue capable d’aller de l’avant, en revendiquant son droit à la complétude qu’elle avait atteinte.

 

            La Mère de Clan sortit de ses pensées. Elle regarda le ciel et dit : « Les rayons de Grand-Père Soleil sont en train de toucher la composition de ton corps. Mère Terre va bientôt recueillir dans son cœur mes sentiments les plus intimes lorsque ta configuration de glace deviendra de l’eau et s’infiltrera dans le cœur de l’Être Pierre sur lequel tu es posé, puis dans le sol en dessous. Texture de Givre, je veux te remercier d’avoir été mon enseignant et d’avoir partagé tes dons avec moi. Je vais te laisser ici pour continuer ma quête, mais sache que mon cœur chantera toujours tes louanges avec gratitude. »

 

            La Gardienne de la Sagesse commença à gravir la piste vers le Canyon du Temps, tout en agitant la main vers Texture de Givre en signe d’adieu. Elle aborda bientôt le chemin escarpé, surplombé de saillies rocheuses couleur de rouille et d’ambre. Ça et là, elle salua Ceux qui se tiennent Dressés et qui avaient poussé sur les falaises abruptes du Canyon du Temps. Il était presque midi lorsqu’elle parvint à ce qui semblait être la fin du canyon encaissé. Elle contourna un amas de rochers que la plupart des personnes n’auraient pas remarqué. Là, derrière les rochers, une paroi calcaire encadrait l’entrée des grottes secrètes. La Gardienne de la Sagesse offrit une pincée de pollen de maïs à la terre à ses pieds, demandant respectueusement aux Esprits Gardiens des Grottes Secrètes si elle pouvait entrer dans ce lieu. Elle reçut le signe que sa présence était bienvenue lorsqu’elle sentit un petit souffle d’air lui caresser le visage.

 

            En silence, elle s’assit sur le sol du canyon qui formait un plancher à plusieurs niveaux et regarda vers l’entrée de la suite des sept grottes. Puis elle s’approcha de l’ouverture. Les Sept Grottes représentaient les Sept Directions Sacrées : Est, Sud, Ouest, Nord, en Haut, en Bas et au Centre. La Gardienne de la Sagesse alla s’agenouiller devant l’entrée de chacune des grottes en tournant sur elle-même et elle se pencha pour embrasser la Terre. Puis, toujours à genoux, elle étira tout son dos vers la Ciel Père en levant ses bras vers lui, et chanta un chant de remerciements pour la chance qu’elle avait d’achever son ultime Rite de Passage. Quand elle eut terminé son chant de gratitude, elle s’assit en silence face à l’entrée de la première grotte.

 

            La Gardienne de la Sagesse commença son processus de souvenir, en se rappelant d’abord sa toute première expérience lorsqu’elle avait pris forme humaine et elle alla au bout de chaque souvenir. Les Animaux qui l’avaient enseignée et aidée, tout au long de ces Soleils et de ces Sommeils passés, flottaient dans son esprit, lui permettant ainsi de revoir les leçons que chacun lui avait transmises.

 

            Le Cochon lui avait enseigné la Médecine d’utiliser l’intellect et les facultés de raisonnement. La Souris lui avait enseigné comment faire attention aux détails par l’observation fine, et à se préserver de l’accablement en accomplissant une seule tâche à la fois. Le Tamia lui avait permis de comprendre sa Médecine qui consistait à respecter les plus petits êtres et éléments de la nature dans des relations d’interdépendance et d’égalité. Il lui avait appris à voir les correspondances entre le monde de la nature et les idées des personnes, lui montrant le bien-fondé de chaque point de vue. La Tourterelle lui avait enseigné comment elle pouvait nourrir des rêves de paix et trouver la paix à l’intérieur d’elle-même. Chacun de ses Totems lui avait offert la sagesse dont il était porteur pour lui apprendre comment tirer le meilleur de son potentiel. Elle les remercia silencieusement l’un après l’autre et continua à faire le bilan des leçons qu’elle avait apprises.

 

            Lorsque la Gardienne de la Sagesse eut fini de récapituler toute la bonté de chaque événement de sa vie et qu’elle eut libéré le passé avec joie, elle invoqua Mère Terre en lui demandant la permission d’entrer dans la première grotte. Un léger souffle de vent amena une feuille morte depuis l’arbre au-dessus d’elle jusqu’à l’entrée de la grotte, l’invitant à entrer. La Gardienne de la Sagesse attrapa d’une main une poignée de terre qu’elle porta à son cœur, puis elle lança la terre par-dessus son épaule pour signifier qu’elle quittait le monde extérieur et qu’elle laissait derrière elle ses expériences terrestres d’auparavant. Elle prit une profonde inspiration pour faire le plein de force vitale et trouver sa stabilité intérieure, puis elle se glissa sans faire de bruit dans la grotte.

 

            Aussitôt la voix de Mère Terre résonna dans ses oreilles : « Gardienne de la Sagesse, tu te trouves à présent dans la grotte de l’Est. Le côté masculin et chercheur de ta nature, en quête d’illumination et de clarté, demeure ici ainsi que dans ton corps humain. Grâce aux leçons de l’Est, tu as acquis la faculté d’être la Protectrice des Traditions Sacrées. Qu’as-tu donc appris ? »

 

            « Mère, j’ai cherché la vérité et j’ai découvert que toute chose vivante crée de nouvelles Traditions dès lors qu’elle honore le caractère sacré qui réside en chaque individu aussi bien que dans l’ensemble de la Création. J’ai fait l’expérience de la clarté de la connaissance de celui qui désire la compréhension autant que le souffle de la vie. Toute Tradition Sacrée, je le sais maintenant, se crée lorsqu’un individu trouve une façon de se reconnecter à l’amour du Grand Mystère. Je comprends que le rôle de protectrice des Traditions Sacrées qui m’est offert consiste à enseigner à tous nos enfants humains comment faire pour qu’il ou elle puisse redécouvrir la façon dont il peut se reconnecter au Grand Mystère. Je dois protéger la Tradition Sacrée du libre-arbitre donnée par le Grand Mystère, en montrant à l’humanité que tout individu a le droit de se reconnecter de sa propre manière au Créateur. L’Orenda de chaque humain devrait être la lumière qui le guide. La vérité de l’illumination réside dans le fait d’honorer le droit de chacun à avoir sa vérité personnelle, et à suivre la voix de sa propre Essence Spirituelle. J’ai appris que les Traditions Sacrées peuvent être préservées en ignorant les règles humaines si rigides qui s’instaurent lorsqu’un être humain veut que les autres le suivent comme leur chef au lieu de les laisser suivre la voix de la vérité à l’intérieur de leur propre Orenda. »

 

            Le passage qui menait de la première à la deuxième grotte s’illumina, signalant ainsi que la Gardienne de la Sagesse pouvait continuer d’avancer. Quand elle entra dans la deuxième grotte, la voix de Mère Terre dit : « Fille de mon esprit, voici la grotte du Sud. Qu’as-tu appris en quoi tu puisses avoir confiance ? »

 

            La Gardienne de la Vérité répondit : « J’ai appris à croire la vérité qui est au fond de moi, Mère. J’ai appris à avoir confiance dans l’innocence de la jeunesse et dans la jeunesse du cœur. J’ai appris que toute sagesse, tout enseignement ou toute histoire proviennent de la vérité des Points de Vue Sacrés qui résident en chacun des êtres et des choses qui vivent dans le monde de la nature. »

 

            « J’ai découvert qu’il y a un grand pouvoir dans l’innocence et l’humilité et que ce pouvoir transcende l’autosuffisance, ce masque que les êtres humains utilisent pour cacher leur sentiment d’insécurité et leur douleur. J’ai découvert aussi que la foi et la confiance sont les dons du pardon, et qu’à travers le pardon, la Tribu Humaine peut accéder à la sagesse de l’émerveillement enfantin. »

 

            L’entrée de la troisième grotte s’illumina, et la Gardienne de la Sagesse s’avança à nouveau. Quand elle approcha du cœur de la troisième grotte, la voix de Mère Terre lui demanda : « Qu’as-tu découvert dans l’enseignement de la Grotte de l’Ouest qui concerne le fait d’être humain, mon enfant ? »

 

            La Gardienne de la Sagesse lui répondit : « J’ai réalisé que le futur dépend du principe féminin en toutes choses, parce que toutes choses naissent de la femme. J’ai appris à connaître la beauté de nourrir et de prendre soin ainsi que celle de la compassion, en donnant naissance à ces qualités à l’intérieur de moi. J’ai appris comment garder les graines de la connaissance dans mon utérus, jusqu’à ce qu’elles soient prêtes à être partagées avec les autres. J’ai honoré mon corps de femme en ne partageant le plaisir sexuel qu’avec ceux qui considéraient mon être tout entier avec le plus grand respect. J’ai appris que le lieu de tous les lendemains, l’Ouest, est un lieu obscur où il n’y a aucune peur de l’inconnu parce que c’est comme retourner dans le Bol Médecine – l’utérus– de la Mère de toutes choses. J’ai découvert la force de la retraite et du silence, qui activent le pouvoir féminin d’introspection ainsi que celui de recevoir des réponses. Ce fut bon de comprendre l’art de la connaissance de soi, parce qu’à travers le principe féminin, j’ai appris la sagesse de m’aimer moi-même. »

 

            Le passage vers la quatrième grotte s’illumina et la Gardienne de la Sagesse prit une profonde inspiration en s’y engageant. Dans la Grotte du Nord, la voix de Mère Terre s’éleva : « Dis-moi quelle est la sagesse que tu as recueillie auprès du Nord, ma petite ? »

 

            « Dans le lieu de la guérison et de la gratitude, j’ai découvert la sagesse de ceux qui ont pleinement expérimenté la vie humaine. Les leçons de leur Marche Terrestre leur ont bien servi. J’ai appris à être reconnaissante pour toutes les occasions de grandir. Certaines furent difficiles, d’autres joyeuses, mais toutes m’ont appris la sagesse parce qu’elles m’ont enseigné à saisir chaque occasion d’ajouter de la compréhension à mes Systèmes de Connaissance, et d’avoir de la compassion pour notre monde. J’ai appris que la guérison vient à ceux qui ne blâment pas les expériences de la vie, mais remercient plutôt pour le potentiel de croissance qui leur est ainsi offert. J’ai recueilli la sagesse qui peut être acquise par l’expérience personnelle. J’ai accepté la guérison qui vient d’une attitude juste et j’ai appris à être profondément reconnaissante pour tout cela. »

 

            Le passage vers la cinquième grotte s’illumina et la Gardienne de la Sagesse y pénétra. Elle vit alors, gravée dans la pierre de la paroi la plus éloignée, le pétroglyphe d’une baleine. Mère Terre lui parla ainsi : « Ceci est la Grotte de la direction du Haut, ma fille. Qu’as-tu découvert à propos de la sagesse qui réside là-Haut ? »

 

            La Gardienne de la Sagesse n’eut aucune hésitation et répliqua : « Mère, j’ai découvert que nos esprits viennent sur Terre depuis la Nation du Ciel, en voyageant telles des étoiles filantes à partir du Monde de l’Esprit. Le feu dans nos cœurs est l’Éternelle Flamme d’Amour et cette essence ardente retournera un jour dans le Bol Médecine Étoilé du ciel de la nuit. J’en suis arrivée à comprendre l’idée de destin. Chaque être humain a l’occasion de remercier pour la beauté de la création qu’il ou elle représente en tant qu’individu, en se réalisant au mieux de ce qu’il est personnellement. Honorer les dons et les facultés qui nous ont été donnés en les développant pleinement, c’est accomplir sa destinée. Le chant de la Baleine est le chant Médecine de l’Étoile du Chien dans le ciel de la nuit : il enseigne aux êtres humains à se souvenir de leurs talents et à s’en servir pour redécouvrir le destin de complétude qui est le leur et que leurs esprits détiennent. »

 

            Dans le silence, le passage vers la sixième grotte s’éclaira et la Gardienne de la Sagesse entra. La voix de Mère Terre se fit doucement entendre en écho : « Ceci est la grotte de la direction d’en-Bas, ma fille. Quelle sagesse as-tu recueillie de cette direction ? »

 

            La Gardienne de la Sagesse remarqua la défense d’ivoire d’un immense mammouth laineux qui occupait le côté droit de la grotte, et elle sourit en répondant : « La sagesse de la direction d’en-Bas concerne tout ce qui a été appris dans la Marche Terrestre de chacun. Semblable au Mammouth, l’art de se souvenirest une puissante Médecine. Rien n’est jamais perdu si les êtres humains considèrent les informations qu’ils recueillent et les leçons dont ils font l’expérience comme étant suffisamment sacrées pour les graver dans leur mémoire. Transmettre cette sagesse aux générations suivantes garantit que ces Enseignements vivront pour toujours. J’ai appris que les Systèmes de Connaissance se fondent sur l’expérience, et non sur les croyances. Les Êtres à Deux-Jambes doivent rassembler tout ce dont ils se souviennent ainsi que la sagesse de l’esprit dans la direction d’en-Bas afin de les intégrer et de les marcher par eux-mêmes. »

 

            Le dernier passage s’illumina et la Gardienne de la Sagesse pénétra dans la Septième Grotte. L’esprit de son Totem vint emplir la grotte ; elle sentit la présence du Lynx pendant que la voix de Mère Terre lui parlait à nouveau : « Voici la dernière grotte, celle de la Direction Intérieure. Qu’as-tu appris à propos de la vie qui vit à l’intérieur de toi, mon enfant ? »

 

            La Gardienne de la Sagesse répondit : « Mère, j’ai appris que toute chose vivante a un cœur empli d’amour, de désirs, de rêves, de projets et de grande Médecine. Pour moi-même, j’ai appris que la sagesse inexprimée de mon cœur, grâce à laquelle je rends grâce d’être vivante, est pareille à un bijou précieux. J’ai appris à ne partager cette sagesse que lorsqu’elle est demandée. J’ai appris qu’il n’y a aucun secret dans l’univers parce que toutes les réponses sont contenues en lui. Ceux qui recherchent la sagesse peuvent avoir accès à ses secrets à tout moment, s’ils vont rechercher en eux-mêmes la lumière de l’Éternelle Flamme d’Amour. Le Lynx, Celui qui Connaît les Secrets, garde le silence de la connaissance intérieure, semblable au miroitement de l’étincelle dans les yeux d’un Enfant de la Terre qui reflète le feu caché de la sagesse qui vit en lui. Les mystères de tous les mondes sont accessibles par le cœur lorsque le chercheur est désireux de s’ouvrir et de recevoir. »

 

            Mère Terre reprit une fois encore : « Tu as appris bien des choses, ma fille. Je suis heureuse que tu aies développé ces façons d’honorer la vérité. Tu as suivi la Piste de la Sagesse et découvert que la voix de ton Orenda est ton guide en permanence. Tu as compris que la Piste de la Sagesse mène toujours à la direction Intérieure et donc à ton cœur. L’accomplissement des Sept Directions Sacrées de la Sagesse est ton dernier Rite de Passage dans la compréhension de la vie humaine. As-tu aussi découvert pourquoi ces grottes se situent en amont du Canyon du Temps ? »

 

            « Oui, Mère, j’ai compris que tous les êtres humains doivent accumuler de la sagesse tout au long du temps, pour marquer les cycles et les saisons de la croissance et des changements du monde tangible. Les expériences de la Marche sur Terre permettent à tous les Deux-Jambes de parcourir chacun des rayons de la Roue de la Vie. Le temps venu, lorsqu’ils sont prêts à entendre la voix de leur Orenda, ils sentent que leur propre esprit les incite à grandir de toute urgence. Sans les expériences, qui prennent du temps pour être intégrées et pleinement comprises, les leçons de chaque direction ou de chaque rayon deviendraient confuses. Le Grand Mystère nous a fait don du temps pour que notre passage et notre expérience puissent être pleinement vécus. La sagesse que l’on acquiert, comme cette grotte, se trouve en amont du Canyon du Temps car elle est éternelle et sera inscrite pour toujours dans l’Orenda de la personne. »

 

            Mère Terre bénit la partie d’elle-même que représentait la Mère de Clan du Deuxième Cycle lunaire en l’entourant d’amour. Un sentiment de complétude entra dans le cœur de la Gardienne de la Sagesse, l’emplissant de visions de l’Arc-en-Ciel Tournoyant. Une sensation de paix intérieure coula dans ses veines et elle fut prête à quitter les grottes pour s’avancer dans la lumière de Grand-Père Soleil et continuer son voyage parmi les Deux-Jambes qu’elle était venue servir.

 

            Lorsque la Gardienne de la Sagesse sortit de la grotte, elle réalisa qu’un Sommeil était passé, auquel l’aube venait de mettre fin. Grand-Père Soleil était en train de remplir le monde avec les couleurs d’un tout nouveau matin. Elle leva les bras vers les rayons de la glorieuse lumière du Grand-Père et chanta son chant de salutation et de remerciements. Puis elle s’agenouilla et embrassa le sol, le corps de Mère Terre. La route avait été longue, les épreuves nombreuses, mais à présent elle comprenait pourquoi le Grand Mystère ne soumettait jamais les êtres humains à l’examen de leurs forces, mais seulement à celui de leurs faiblesses. La Route de la Sagesse ne pouvait être parcourue que par l’expérience – en tâtonnant, à travers les essais et les erreurs. Elle avait gagné le droit d’être la Protectrice de la Route de la Sagesse parce qu’elle l’avait parcourue en honorant la vérité à l’intérieur d’elle-même.

NdT : « Ice Web » dans le texte original

NdT : « remembering » dans le texte original 

NdT : « remembering »

NdT : toujours « remembering »  il s’agit effectivement d’un processus qui remet chaque chose à sa place dans le sens original du mot anglais.

NdT : Les pétroglyphes sont généralement associés aux peuples préhistoriques néolithiques et furent la forme dominante des symboles de pré-écriture utilisés pour la communication de 10 000 av. J.-C. jusqu'à 5 000 av. J.-C. Les techniques de gravures sont principalement l'incision, le frottement ou la pulvérisation à l'aide de pierres. (Source wikipédia)

NdT : Sirius

NdT : remembering

Jamie Sams

(traduction de la nouvelle édition)

 
 
 

© Site créée en 2020 par Claire Arnould

Tous droits réservés