Proposition de pratique pour se relier à la Première Mère Originelle : la fumigation

La fumigation est un rituel de purification qui vous permettra de prendre conscience de votre espace sacré, de le nettoyer mais aussi de vous relier encore plus profondément aux enseignements de la 1ère Mère car il vous mettra en relation avec les 4 éléments.

Si vous avez grandi entouré de traditions religieuses, vous avez surement observé que la fumée était souvent présente lors des rituels. Dans les messes par exemple ou dans les mosquées et même les temples bouddhistes, des encens sont utilisés depuis la nuit des temps.

Il y a quelque chose de profondément ancré en nous qui associe fumée et spiritualité.

Dans les traditions amérindiennes la fumée est vue comme un pont qui nous relie aux dimensions plus subtiles, à des énergies plus élevées en vibrations, ce qui permet de se connecter aux esprits bien intentionnés et de disperser les énergies négatives ou stagnantes.

La technique la plus commune de purification parmi les tribus nord américaines est la fumigation à base de sauge, qu’on utilise parfois en France comme verbe transitif “ se sauger”. Avant de vous expliquer comment faire pour vous sauger voici un petit préambule sur la sagesse qui soustend cet art ancestral.

Un rituel chamanique de purification

Pour le rituel de la fumigation sont utilisées des herbes et des résines qui sont brûlées dans une coquille ou dans un bol en argile pendant que des prières sont prononcées à voix haute ou dites intérieurement. La fumée est éventée en utilisant la main ou une plume (les plumes d’aigle sont particulièrement prisées pour cet usage), plus rarement une aile, et dirigée vers la personne ou à travers l’espace d’une pièce qui est ainsi nettoyée.

Le but est de la nettoyer de toutes les impuretés, tristesses, anxiété et de toutes les énergies ou émotions indésirables qui pourraient être attachées à une personne ou à un lieu.

Ce rituel est souvent pratiqué (pour ne pas dire toujours) avant une cérémonie ou un rassemblement, après une dispute, avant d’emménager dans un nouveau lieu, en fin de saison pour régénérer les pièces d’un lieu de vie et dans de nombreuses autres occasions.

Cette pratique est très subtile et au fur et à mesure que vous pratiquerez ce rituel vous en apprendrez toujours davantage.

Avant de commencer il est important de connaître les symboles profonds qui sous tendent chacun des objets utilisés pour le rituel. Des siècles de sagesses partagées, transmises et mises en pratique génération après génération sont contenues dans ce rituel.

Tout d’abord il est important de savoir que les objets impliqués symbolisent et honorent chacun l’un des 4 éléments, qui sont très souvent au coeur de nombreux rites amérindiens.

  • la coquille ou le bol en argile représente l’eau

  • les herbes ou résines représentent la terre

  • la plume et le vent qu’elle génère représente l’air

  • la flamme utilisée pour allumer l’herbe ou la résine représente le feu

 

Les herbes :

Parfois, une herbe spécifique est brûlée mais souvent c’est un mélange soigneusement choisi qui est utilisé. Les peuple Cree du Montana et du Saskatchewan par exemple, appelent ce mélange un kinnikinnick qui peut contenir plus de 30 plantes différentes.

Les herbes les plus couramment utilisées pour la fumigation sur le continent Nord Américain sont la sauge blanche, le foin d’odeur, le tabac, le cèdre. Ces 4 des plantes font parties des plantes considérées comme sacrées pour les tribus de cette partie du monde.

Pratiquer la fumigation :

Attention : c’est important d’être pleinement conscient des gestes que vous allez faire, de garder votre attention clairement présente ici et maintenant et de focaliser votre intention quand vous pratiquez ce rituel. Avant de le commencer assurez vous d’être parfaitement présent à vous-mêmes.

  1. Vous aurez besoin : d’un bol en argile ou d’une coquille d’abalone ou d’ormeau, de quelques feuilles d’herbes séchées, d’une flamme et d’une main ouverte ou d’une plume.

2. Séparez doucement les feuilles et les bourgeons des tiges de vos herbes sèches car seules les feuilles seront utilisées. Ensuite placez les feuilles dans votre coquille/bol.

3. Si vous êtes à l’intérieur, ouvrez les fenêtres pour laisser entrer l’air du dehors. (laisser une porte de sortie à ce qui vient d’être invité à quitter l’espace est toujours préférable )

4. Utilisez un briquet ou une flamme, allumez les herbes et attendez 20 ou 30 secondes avant d’éteindre les flammes en agitant votre main au dessus d’elles (souffler pour éteindre les flammes n’est pas adéquat ici) La fumée va s’élever des herbes à présent.

5. Il est de coutume de se sauger soi-même avant de se déplacer vers les autres et dans l’espace. Utilisez votre main en coupe et faites bouger la fumée pour qu’elle pénètre dans votre espace, comme vous le feriez avec de l’eau. Commencez en haut, ammenez la fumée autour de votre tête, votre torse, vos pieds, y compris les plantes de vos pieds. Prenez conscience de votre respiration quand vous faites cela : respirez calmement et restez détendu(e).

6. Une fois que vous avez terminé utilisez votre plume ou votre main pour diriger la fumée gentiment aux 4 coins de la pièce, vers les plantes, les meubles... Regardez attentivement comment la fumée se comporte autour de certains objets ou de certaines personnes si vous n’êtes pas seul (e). Si vous êtes vraiment présent(e)s et attentives à ce qui se passe, vous remarquerez qu’elle bouge différemment quand elle touche certaines choses, ce n’est jamais anodin.

7. Quand vous aurez terminé, une manière traditionnelle de finir ce rituel est de permettre aux cendres et aux herbes brûlées de pouvoir revenir à la Terre.

Vous pouvez si vous le souhaitez créer vos propres bâtons avec les herbes de votre jardin, une belle manière de se connecter à la magie tout autour de nous et de co-créer avec la nature ainsi qu’avec Celle qui parle à toutes ses relations. Vous pourriez par exemple prendre le temps de vous connecter aux plantes de votre jardin en ouvrant votre coeur et entamer un dialogue avec elles avant de ceuillir quoi que ce soit et de veiller à ne prendre que ce qui sera nécéssaire. Vous sentirez que vous avez atteint cette limite en étant présente à vous-mêmes te à ce que vous faites. Si c’ets difficile à couper ou à prélever surtout n’insistez pas. Une offrande sera toujours la bienvenue ensuite pour honorer ce présent que vous a fait la plante.

Ecoutez votre coeur en cas de doute, il a toutes les réponses !

traduction par Claire Arnould d’un article en anglais pour la Voie des 13 Mères Originelles (avec ajout de quelques annotations personnelles )

source: http://www.thesacredscience.com/the-art-of-smudging/

Mieux comprendre la culture amérindienne

 Mitakuye Oyasin ou le cercle de vie

Mitakuye Oyasin signifie nous sommes tous reliés...

Durant cette lune, la première Mère Originelle nous enseigne que chaque vie est sacrée, que chaque forme de vie est égale à une autre et que nos enseignants peuvent aussi bien être les 4 éléments, les nuages et les animaux que des livres ou d’autres humains si nous acceptons d’ouvrir notre coeur pour recevoir.

J’ai donc eu envie de partager avec vous ce texte du chef Lakota Archie Fire Lame Deer, qui nous invite à travers son regard à considérer la manière dont nous percevons les choses et donc la façon dont nous nous comportons avec ce et ceux qui nous entourent.

Une occasion d’apprendre (ou peut-être de ré-apprendre ?) ce qui est Vrai pour nous

source : http://les-etats-d-anne.over-blog.com/...

”Depuis des centaines d’années, la terre souffre d’une destruction rapide de son équilibre et de sa beauté. Sa souffrance provient des civilisations dominées par les hommes qui ont complètement perdu leur équilibre spirituel. L’homme continue de regarder du côté de la politique, de l’économie et de la guerre pour résoudre les problèmes causés par la politique, l’économie et la guerre. Notre Mère, la Terre continuera de souffrir de notre façon de vivre déséquilibrée seulement jusqu’au moment où elle devra frapper, éliminer la vie humaine si nécessaire, se guérir, revenir à un état d’équilibre et recommencer.

 

Certaines personnes croient que nous détruisons la planète. Cette croyance est un symptôme de l’orgueil démesuré de l’homme, de son “complexe de Dieu”. Nous avons abusé de notre pouvoir en nous détruisant nous même. Même si nous choisissons d’abuser de notre pouvoir en nous détruisant nous même, ma Mère la Terre survivra. Elle se guérira même si cela lui prend plusieurs milliers d’années pour se débarrasser de la saleté et des ravages de l’histoire humaine, ce n’est finalement qu’un temps très court à l’échelle de la vie de la planète Terre.Depuis les temps anciens, les Lakotas se sont toujours vus comme les gardiens de la Terre.

 

Nous ne croyons pas que la Terre nous appartient, nous savons que nous appartenons à la Terre. Nous savons, et cela a toujours été une part de nos enseignements, que toute chose et que tout être dans leur nature sont duels, positif et négatif, masculin et féminin. Cette dualité est présente dans chaque forme d’existence, du plus simple atome à la plus grosse masse de matière de l’univers. Cette dualité existe aussi dans le Créateur. Nous connaissons le Créateur comme masculin et féminin mais nous avons pris l’habitude d’oublier la partie féminine du “Grand-Mystère”.

 

Nous avons été si profondément influencés par la société en place que nous avons permis à nos tendances négatives d’aller de plus en plus loin dans le déséquilibre. Dans toutes les histoires des civilisations qui se sont engagées dans ces tendances et croyances de la société dominante, il y a des mythes, légendes et écritures religieuses qui décrivent Dieu comme purement masculin. Ils disent que Dieu a fait l’homme à son image et qu’ensuite il a fait la femme pour la donner à l’homme. Beaucoup de gens croient que se sont les femmes qui ont apporté le mal, la douleur et la souffrance de ce monde. Ils utilisent ceci comme une excuse non seulement pour dominer et contrôler la femme, mais aussi pour rabaisser tout ce qui est féminin en incluant bien sûr ma mère la Terre. Ceci a conduit la vie à un monde dirigé par le cerveau gauche. La société vénère les fonctions les plus masculines : mathématique, science, stratégie militaire. Elle accorde beaucoup moins d’importance aux aspects féminins tels que l’intuition, une éducation plaçant les enfants au dessus de toutes les autres priorités ainsi qu’un comportement harmonieux.

Il y a quelque vérités spirituelles de base que tous les peuples doivent suivre pour pouvoir diriger leur vie dans leur propre religion, leur propre chemin spirituel.

Ce qui est créé par Dieu est sacré. Tout ce qui est créé par l’homme ne l’est pas. La Terre a été créée par Dieu aussi elle est sacrée. Les frontières et les gouvernements ont été créés pour servir les intérêts des hommes, aussi ne sont-ils pas sacrés. Le plus haut et le plus noble peut être corrompu.

Le plus puissant et le plus fort peut devenir faible et tomber. L’homme peut les changer, les corrompre, les détruire et les reconstruire. La Terre de Dieu continue avec ou sans eux.

Les ressources et les richesses de cette Terre ont été créées par Dieu, elles sont sacrées. Les animaux, les plantes, les arbres, l’air, l’eau, sont tous créés par Dieu, ils sont sacrés. Les grands groupes, les systèmes économiques, la bourse, la complexité moderne et les structures politiques ont été faites par l’homme pour servir ses intérêts, ils ne sont pas sacrés. Une poignée de gens peut ainsi amasser des biens matériels pendant que beaucoup de gens souffrent. De grandes quantités de formes de vie disparaissent aussi à cause de ces mêmes personnes. Ils peuvent continuer sur les chemins de la destruction pour le pouvoir et le profit jusqu’à ce qu’eux-mêmes ne puissent plus survivre sur leur propre tas d’ordures laissant par la même occasion derrière eux une planète inhabitable pour les générations futures. La Terre de Dieu se purifiera et se guérira d’elle-même.

Ce n’est pas à nous de décider qu’une forme de vie est plus sacrée qu’une autre. Nous devons apprendre à vivre sans dépenser plus que ce dont nous avons besoin. Prendre la vie d’un animal n’est pas pire ou meilleur que de prendre la vie d’un arbre ou de n’importe qu’elle autre plante.

Chaque jour et chaque nuit, les gardiens de la tradition Lakota prient pour l’humanité, les animaux, les plantes, ceux qui sont dans le monde des esprits, la Terre, l’Eau, le Feu et l’Air. Nous prions pour les animaux quand nous les tuons pour la nourriture et pour manger leur viande. Nous prions pour les plantes quand nous les cueillons pour les cérémonies et les guérisons.

Nous, Lakotas, croyons que toute chose crée par Dieu est sacrée et en tant que partie de la Création nous sommes aussi “connectés".

 

A chaque fois que nous prions, nous finissons nos prières par les mots “MITAKUYE OYASIN” (Nous sommes tous reliés). Avec cette petite phrase, nous prions pour toutes les choses.“

Chief Archie Fire Lame Deer

Alice & Claire ont en commun le goût pour le partage authentique, la transmission, l'accompagnement et les soins qui prennent leur place naturellement au cœur de leur vie personnelle et professionnelle

.

Toutes les deux réussissent dans des parcours scolaires classiques et font de grandes études mais différentes épreuves dans leurs vies les amènent à se remettre en question… elles sentent en elles comme un puissant appel intérieur qui les invite à revenir à l’essentiel .

Après avoir traversé ces nuits noires de l’âme, il n'est plus question pour elles de "réussir" ou de "faire" un métier...

.

Aujourd’hui leurs chemins et qui elles sont ne font qu'un...

© Site créée en 2020 par Claire Arnould

Tous droits réservés